Articles

Afripol a infligé un cinglant désaveu au Maroc

Image
Kharroubi Habib Publié dans Le Quotidien d'Oran le 18 - 05 - 2017

Le plus cinglant désaveu des propos tenus sur l'Algérie par Abdelhak Khiame, le chef du bureau central marocain d'investigations judiciaires (BCIJ), a été l'hommage unanime rendu à note pays par les représentants des quarante Etats africains qui ont pris part à Alger au lancement officiel de l'Afripol, organisme créé sous l'égide de l'Union africaine et dont la mission est de coordonner et de densifier la coopération des polices africaines contre le terrorisme et toutes les formes de criminalité.  Pour rappel, la veille même de l'ouverture des travaux à Alger de l'Afripol, ce haut responsable policier marocain s'en est pris à l'Algérie en l'accusant ni plus ni moins d'être derrière certains des groupes terroristes qui sévissent au Sahel. Avec le calcul probablement que son propos trouverait écho auprès de certains des participants à la réunion. La tentative marocaine d…

Ni l’ONU ni la France n'ont pipé mot sur le faux procès de Gdeim Izik

Image
Dans toutes ses résolutions sur le Sahara Occidental, le Conseil de Sécurité, sous pression de la France, ne cesse de vanter le « rôle joué par les commissions du Conseil national des droits de l’homme » dans les territoires occupés du Sahara Occidental.
« Se félicitant à cet égard des récentes mesures et initiatives prises par le Maroc, du rôle joué par les commissions du Conseil national des droits de l’homme à Dakhla et à Laayoune et de l’interaction entre le Maroc et les mécanismes relevant des procédures spéciales du Conseil des droits de l’homme de l’Organisation des Nations Unies », dixit la résolution 2351 (2017).
Le semblant de procès des 25 militants de Gdeim Izik se répète chaque année dans une opération de retardement savamment orchestrée dans le but d’éviter la présence d’observateurs internationaux. Certains, des avocats en l’occurrence, ont été violemment battus par la police marocaine.
Cependant, l’ONU et la France, premier mentor du Maroc, n’ont sifflé mot à cet égar…

ONU : Défendre les droits de l'homme partout sauf au Sahara Occidental

Image
Selon le Centre d'Actualités de l'ONU, le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH) a annoncé mardi la signature d'un partenariat de cinq ans avec la société d'informatique Microsoft.
"Selon un communiqué de presse publié par les deux organisations, ajoute le site, l'accord prévoit l'octroi, par Microsoft, d'une subvention à hauteur de cinq millions de dollars en vue d'appuyer l'action du HCDH. Jamais encore un tel soutien n'avait été accordé par une entreprise du secteur privé".
Le HCDH, dont la complicité avec le Maroc a été scandaleusement prouvée par les documents confidentiels de la diplomatie marocaine, ne risque pas de consacrer une partie de cet argent à l'amélioration de la situation des droits de l'homme au Sahara Occidental, tel que prescrit par la résolution 2351 (2017) du Conseil de Sécurité.
Le Maroc a résussi à noyauter le HCDH grâce à sa "contribution volontaire" au budget d…

Al Hoceima, une ville oubliée

Image
Ce qui se passe dans la ville d’Al Hoceima et les patelins avoisinants a de quoi inquiéter tout un chacun. Si les raisons de la contestation sont complexes et les solutions sont souvent teintées d’histoire mythifiée de la région, Economie Entreprises avait un tout autre sentiment, et c’est pour cette raison que le magazine a dépêché notre reporter Ghassan El Karmouni pour y voir plus clair.
Depuis près d’une décennie, tous les rapports économiques et sociaux émanant d’administrations publiques ont souligné que la ville est une «bombe à retardement». Avec un taux de chômage officiel de 16,3%, un taux d’analphabétisme de 39%, un accès très limité aux services publics de base, la ville se situe très loin en dessous de la moyenne nationale. Sachez aussi que pour les 389.000 habitants de la province d’Al Hoceima, il n’existe que 39 établissements scolaires (dont 7 privés) et seulement 488 lits d’hôpitaux.
Mais jusque-là rien d’alarmant, étant donné qu’un nombre important de provinces maro…

Hoceima : "On dirait qu'on est au Sahara"

Image
Une armée de 25.000 policiers et agents des Forces Auxiliaires a envahi la ville d'Al Hoceima. La population de la ville est sous le choc. Elle n'a jamais vu un déploiement si fort des forces de sécurité. "On dirait qu'on est au Sahara", dixit un jeune qui filmait l'entrée des forces de répression dans la ville. C'est une allusion au Sahara Occidental, ancienne colonie espagnole envahie par le Maroc en 1075 et qu'il continue d'occuper avec une main de fer.
Ce déploiement vise à réprimer la manifestation prévue ce soir dans la ville d'Al Hoceima, où le peuple du Rif s'apprête aujourd'hui à sceller une journée historique. Un grand rassemblement est prévu à 18 heureus à la Grand Place de la ville d'Al Hoceima. Les commerces et les cafés seront fermés en guise de solidarité avec le Harak Ach-chaabi. Le tout sous une présence des forces de sécurité "jamais vue" selon des témoins. La ville est carrément encerclée de véhicules …

PROCÈS DE GDEIM IZIK : LA DÉFENSE SE RETIRE DU PROCÈS, DEUX AVOCATES FRANÇAISES EXPULSÉES DU TRIBUNAL

Image
Deux avocates françaises de la défense dans le procès de Gdeim Izik, Maître Olfa Ouled et Maître Ingrid Metton, ont été violemment expulsées de la Cour d’appel de Rabat lundi 16 mai dans l’après-midi.


Selon Hélène Legeay, responsable Maghreb/Moyen-Orient à l’ACAT, « cet épisode choquant n’est que le climax d’un procès que les magistrats n’essaient même plus de faire passer pour équitable. Entre la comparution de faux témoins, la partialité manifeste de la Cour, les interrogatoires sur la base d’aveux signés sous la torture et la réalisation d’expertises médico-légales truquées pour écarter les allégations de torture des accusés, il ne se trouve plus personne d’un tant soit peu honnête pour louer la qualité de la justice dans ce procès »

Le 16 mai, lassés par de longs mois d’un procès marqué par une iniquité manifeste, les accusés et leurs avocats marocains et Sahraouis ont annoncé leur volonté de ne plus participer à ce qu’ils estiment être un simulacre de procès. Les avocates françai…

MAROC – Le « Makhzen » ouvertement contesté ?

Image
Les manifestations qui dénoncent la corruption de l’État marocain et les collusions entre le pouvoir et le monde des affaires s’amplifient dans la région du Rif.
L’élément déclencheur a été, il y a six mois, la mort accidentelle d’un vendeur de poissons à al-Hoceima, port de pêche du Rif. Depuis lors, le mouvement de protestation a fait tache d’huile et a embrasé tous les villages de cette région défavorisée.
À présent, les autorités marocaines redoutent que le mouvement se généralise à travers tout le pays et prenne une forme plus politique.
Le gouvernement a dès lors accusé les émeutiers de velléités séparatistes, « financées par l’étranger », et, appuyé par les médias aux ordres qui ont lancé une campagne de discréditation des manifestants, il a prétexté de cette accusation pour déployer des troupes et tenter de réprimer la contestation.
Contre toute attente, cependant, les manifestations ont redoublé face à la répression.
Certains observateurs s’interrogent : est-ce l’heure du «…